Billet de Pâques. Billet de saison.

Mais qui sont ces gens qui passent 18 trous à chercher leur balle dans les roughs ou les sous-bois.

Enquête au coeur d'un phénomène qui pourrit nos week-ends et rend le jeu lent, mais d'un lent !

 

Certes, ça peut arriver à tout le monde. Ces jours où ça lâche à gauche, lâche à droite, mais rarement au milieu (du fairway). Résultat, la partie que vous vous apprétiez à jouer en moins de 4 heures tourne à la course d'endurance. Terrible quand vous suivez. Peutêtre pire encore quand vous partagez la partie de ce malheureux (souvent un -eux d'ailleurs, les -euses ayant tendance à jouer plus droit en règle générale), puisque la courtoisie vous impose de faire semblant de chercher avec l'imprécis.

Sur certains golfs, où les roughs sont réputés pour manger les balles, cela peut tourner à l'enfer. Ni plus ni moins.

Mais ce qui me fascine le plus, c'est qu'en observant bien, vous constaterez que souvent, ces mêmes imprécis n'ont en réalité aucune idée de l'endroit où ils doivent chercher. Ils ne regardent simplement pas où est tombée leur balle. Et vas-y que je te quadrille une zone de 30x30m (parfois plus). Aucun repère. Autant chercher une aiguille dans...

Bref, on oublie également le principe élémentaire de la balle provisoire...donc on cherche, on cherche. Pour finalement se dropper avec une nouvelle balle après les 5 minutes réglementaires, qui aditionnées sur 18 trous, font les parties de 5 heures et plus...

En compétition, passerait encore. Mais en partie amicale, franchement, je ne comprends pas. A croire qu'ils jouent des balles en or. Certes, c'est couteux une balle. Donc, les jours de grand arrosage, on peut, par exemple, éviter de jouer ses Pro-V1 ou ses Penta et jouer un caillou de récup'. Ca fera moins mal au coeur, et on pourra avancer !!

Pour ce qui est de la partie devant nous l'autre jour, j'ai peutêtre trouvé une explication. Je crois ques ces messieurs jouaient ça :

balle de golf camouflage

...sinon franchement je ne comprends pas.